Investir dans l’immobilier : la valeur-refuge

Parmi les multiples solutions d’investissements proposées, l’immobilier est une valeur sûre pour de nombreux particuliers. En effet, le retour sur investissement est plus intéressant que dans d’autres placements. Outre le fait qu’il permet de préparer son avenir financier, l’investissement immobilier permet également de bénéficier de réductions d’impôt grâce à plusieurs dispositifs de défiscalisation.

Pourquoi investir dans l’immobilier ?

Compléter ses revenus

Investir dans la pierre est un moyen de percevoir des revenus complémentaires, notamment après une cessation d’activité professionnelle. En effet, lorsque le crédit immobilier est intégralement remboursé, les loyers locatifs s’ajoutent aux revenus actuels. Ils ne servent plus à rembourser tout ou partie du prêt immobilier. Et avec un système de retraite de plus en plus incertain, ces revenus peuvent apporter un certain confort de vie.

L’essentiel

Se loger est une nécessité. Être propriétaire est une sécurité. Investir dans l’immobilier peut permettre de répondre à ces deux objectifs.

Penser à sa succession

L’investissement immobilier est également une solution pour se constituer un patrimoine et le transmettre ensuite à ses enfants. Ces derniers pourront continuer de bénéficier des revenus issus de la location ou habiter le logement s’ils le souhaitent. De plus, en choisissant d’effectuer un démembrement de propriété, les frais de succession seront moindres. Et plus le donateur est jeune, moins les frais seront élevés.

Réduire ses impôts grâce à l’investissement immobilier

Le gouvernement a mis en place différents dispositifs de défiscalisation pour les investisseurs. Qu’ils investissent dans du neuf, de l’ancien ou dans des résidences de services, la réduction d’impôt accordée est parfois substantielle.

Investir dans le neuf avec la loi Pinel

Depuis 2014, la loi Pinel favorise l’investissement locatif dans des logements neufs tout en accordant une réduction d’impôts, qui varie en fonction de la durée de location du bien immobilier. Elle est de 12 % pour un engagement de 6 ans, de 18 % pour 9 ans et de 21 % pour 12 ans et peut ainsi aller jusqu’à 63 000 €. Le montant de l’investissement ne doit pas dépasser 300 000 € et 5 500 € / m². Bien qu’elle devait prendre fin au 31 décembre 2017, la loi de Finances 2018 la proroge jusqu’en 2021

Loi Malraux : investir dans l’ancien

Contrairement au dispositif Pinel, la loi Malraux est destinée à la rénovation totale de biens immobiliers anciens situés dans des zones spécifiques. Ce sont ces zones qui vont déterminer le montant de la réduction d’impôt : 30 % pour un bien situé dans un SPR (Site Patrimonial Remarquable) ou dans un QAD (Quartier Ancien Dégradé). La réduction s’élève à 22 % dans une zone de protection du patrimoine architectural urbain ou paysager (ZPPAUP). Pour bénéficier de ce dispositif, le coût des travaux ne doit pas être supérieur à 400 000 € étalé sur 4 ans et le bien immobilier doit être loué pour au moins 9 ans.

La loi Censi-Bouvard et la location meublée non professionnelle (LMNP)

Autre dispositif de défiscalisation, valable jusqu’au 31 décembre 2018, la loi Censi-Bouvard. Elle accorde une réduction d’impôt pour tout investissement dans des résidences de services en LMNP, destinées aux étudiants ou aux séniors. Elle concerne également les résidences de tourisme classées. Le logement doit être neuf ou en état futur d’achèvement ou terminé depuis moins de 15 ans et ayant subi une réhabilitation totale ou partielle. Le plafond d’investissement est de 300 000 € et la réduction de 11 % sur 9 ans (durée minimum obligatoire de location) ainsi que la possibilité de récupérer la TVA de 20 % sous certaines conditions.

A retenir

Le dispositif de défiscalisation est différent selon l’investissement locatif réalisé et n’accorde pas les mêmes montants de réduction d’impôt.

A quoi faut-il faire attention avant d’investir dans l’immobilier

Selon l’investissement qui va être fait et pour qu’il soit réussi, il est important d’étudier l’environnement dans lequel le bien est situé ainsi que la demande locative du secteur. Un logement dans un quartier dynamique, attractif où la vie de quartier est active (écoles, commerces, transport…) aura plus de chance d’être loué. De même, il faut être en concordance avec la demande qui émane du secteur : quelle est la population représentative du quartier en question ? Des jeunes couples seront davantage à la recherche de petites surfaces tandis que les familles voudront plus d’espace.

Ces éléments vont être également déterminants lors d’une éventuelle revente. En effet, plus il y a de paramètres réunis, plus le bien est susceptible d’être vendu rapidement et meilleure sera la plus-value.

34

C’est l’âge moyen des primo-accédants, l’âge estimé du premier investissement locatif oscille autour de 40 ans.

Pour en savoir plus